Le permis de séjour ou de travail en Europe, un document bien particulier

By | mars 2, 2018

Une nécessité a l’origine de plusieurs particularités

Avoir comme destination de travail  l’Europe est très tentant car l’on peut faire bagage vers l’un des 28 pays de l’union européenne, des 31 de l’espace économique européen ou encore des 6 pays de l’association européenne de libre-échange. Cependant cela demande de posséder certains documents rendant ainsi votre présence en tant que travailleur légale sur le territoire d’accueil dont le permis de séjour et celui de travail.

Un permis de séjour est un document administratif qui autorise à un ressortissant étranger de résider sur un territoire étranger au-delà de la durée de validité de son visa. Le permis de travail quant à lui est une autorisation administrative accordée à un ressortissant étranger pour travailler dans un pays étranger ; il est en Europe nommé de plusieurs manières, carte bleue, titre de séjour, permis de résidence etc. Ces deux documents sont de ce fait liés et obligatoires pour tout étranger voulant vivre et travailler dans un pays Européen.

Pas besoin d’un permis de travail lorsqu’on est ressortissant de l’Union Européenne

Cependant pour ce qui est du permis de travail, cela ne concerne en aucun cas les ressortissants des pays de l’union européenne dans un pays membre de l’union européenne. Car bénéficiant des traités communautaires sur le principe de libre circulation des travailleurs hormis certains pays comme la Croatie qui est un nouveau membre. Toutefois, cela nécessite quand même une carte de séjour de 3 à 6 mois selon le pays d’accueil. Tout autre étranger d’un pays de tiers devrait se signaler avant soit 8 jours soit 10 jours dans à la mairie de la commune où il réside pour l’obtenir.

Néanmoins cela n’inclut pas qu’un travailleur d’un pays de tiers (pays étranger à l’union) qui a reçu un permis de travail d’un pays de l’union européenne peut grâce à ce même permis travailler dans un pays membre de l’union européenne autre que celui ayant délivré ce permis. Obtenir un permis de travail en Europe nécessite au préalable dans la plupart des cas une offre de travail dont le contrat de travail proposé répond à la législation du pays d’accueil.

Trois types de permis de séjour dépendant de la durée du contrat de travail

De même, le permis de séjour dépend aussi d’un contrat de travail à la différence qu’on peut obtenir un permis de séjour à des fins autres que travailler selon que le pays d’accueil a jugé que vous êtes capable d’y vivre par vos propres moyens ou d’un proche. Ainsi il y’a trois types de permis de séjour selon le contrat de travail que vous faites valoir.

On a un permis de séjour à courte durée pour des contrats à durée déterminée allant généralement de 3 à 12 mois renouvelable.

On a un permis de séjour qui va d’un an à 5 ans qui en plus des pièces d’identités pour sa conception exige un certificatif de domicile et une carte de travailleurs indépendants pour les travailleurs indépendants. Renouvelable aussi après 5 ans et pouvant aboutir à un autre permis plus long, le permis permanent.

Le permis permanent quant à lui a une validité de 10 ans, et confère le statut de résident permanent, n’étant renouvelable que si vos absences dans le pays d’accueil n’ont pas été très significatives sur cette période de 10 ans.

Sarah Murphy, anglaise de 34 ans, raconte son histoire : « J’ai vécu en France durant 6 ans avec un permis permanent suite à mon je suis retourné en Angleterre et suis revenu après y avoir passé 3 ans vu que mon nouveau travail m’y envoyait. Et après un an j’ai voulu renouvelé mon permis permanent, ce qui m’a été refusé car on perd le statut de résident permanent après 2 ans consécutifs hors du pays d’accueil. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *